Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

~ Viva el cinema ~


Invisible Man

Publié par Oriane sur 26 Février 2020, 18:23pm

Catégories : #Critique, #Thriller, #Épouvante-horreur, #Fantastique, #Elizabeth Moss, #Leigh Whannell

Invisible Man

Classique du genre réalisé par James Whale, L'homme invisible est ici réadapté sauce années 2010. Et à quelle sauce précisément ? Eh bien, celle des luttes féminines (Me Too en particulier) contre les violences patriarcales. Et qui de mieux pouvait être interpréter le personnage féminin principal si ce n'est l'étendard de ces luttes ? J'ai nommé, Elisabeth Moss, actrice star, échappée de la série La servante écarlate, où elle joue une femme réduite à l’asservissement et contrainte de procréer sous le joug d'un commandant et de son épouse.

Parlons maintenant du film. Pour résumer l'histoire en deux mots : Cécilia est la petite amie d'un brillant et richissime scientifique spécialisé dans l'optique sauf que cet homme s'avère être un pervers narcissique et de surcroît psychopathe surveillant sans cesse sa compagne. Une nuit, elle s'enfuit pour retrouver sa sœur. Quelques jours plus tard, elle apprend que son homme s'est suicidé. Mais Cécilia ne l'entend pas ainsi et pense qu'il a inventé un stratagème pour l'épier sans que personne ne le voit, jusqu'à devenir invisible aux yeux de tous.

Effrayant, n'est-ce pas comme pitch ? Et c'est sans compter sur la brillante mise en scène orchestrée par le réalisateur. En effet, par d'ingénieux plans-séquences, on perçoit l'horreur à son point de non-retour. Et que dire du jeu d'Elisabeth Moss, à part, qu'elle n’interprète pas la terreur : elle la vit tout simplement. On savait l'actrice habituée des séries, ici, elle brille tout simplement dans ce long-métrage et on a hâte de la voir dans un tout autre genre chez Wes Anderson.

Pour revenir à l'histoire : le réalisateur nous inscrit ici dans un thriller horrifique de renom pour mieux dénoncer les violences faites aux femmes. Par la figure de l'homme invisible qui incarne le patriarcat - comme je l'ai évoqué au début de la chronique, le réalisateur nous donne à voir une relecture du mythe pour mieux l'inscrire dans notre époque contemporaine. Et grâce à la mise en scène axée sur Cécilia, il nous place du côté de la victime. On subit ainsi avec Cécilia toutes les actes de violence instrumentés par l'homme invisible, son petit-ami.

En bref, Invisible Man est de fait un très bon film horrifique même s'il se finit un peu comme un cheveu sur sa soupe. Mais ne blâmons pas ce film car il remplit son cahier des charges : nous faire bondir de notre fauteuil de cinéma. Et ça, ça a le mérite de nous plaire.

Un conseil, vous ne verrez plus les couteaux pointus de la même manière après avoir vu Invisible Man

Invisible Man
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !