Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Viva el cinema 2


Burn after reading

Publié par ptiterigolotte sur 18 Décembre 2008, 20:10pm

Catégories : #Critique

StudioCanal

Servi par un casting de rêve (Brad Pitt, Georges Clooney, John Malkovich, Tilda Swinton, Frances McDormand) les Frères Coen, qui nous avait ravi avec No country for old men, reviennent à la comédie noire. On suit avec régal les aventures de 5 loosers : Osborne Cox (John Malko) est licencié de la CIA, nouvelle qui rend de marbre sa femme, pédiatre tirée à quatre épingles. Celle ci le trompe avec Georges Clooney -What else ?- officielement flic mais surtout coureur de jupons. Pour se venger, Osborne décide d'écrire ses mémoires sur un CD. Mais ce CD, contenant des informations sur la CIA, se retrouve dans les mains de deux employés d'un club de remise en forme : Chad et Linda Litzke, qui vont tenter de faire chanter Osborne pour récuperer de l'argent afin de payer l'opération de chirurgie esthétique de Linda.


Brad Pitt. StudioCanal George Clooney et Frances McDormand. StudioCanal John Malkovich. StudioCanal

Les acteurs s'en donnent à cœur joie dans cette comédie absurde qui se base plus sur le talent de l'acteur en tant que tel que sur le personnage. Brad est en effet croustillant dans ce film où il casse son aura de sex-symbol. Les Coen, qui aiment décidément ridiculiser les cheveux de leurs acteurs (cf No Country for old men, la coupe au carré de Javier Bardem), ont affublé Brad de mèches blondes vraiment too-much. Il excelle dans ce rôle d'écervelé d'une salle de remise en forme. Georges Clooney est également mordant dans son rôle très « Nespresso » œillades et big bisou. Mais la palme revient à John Malkovitch, incroyable...ment alcoolisé et fou à lier. Quant aux femmes, Frances McDormand, habituée des frères, se débrouille plutôt bien dans son personnage de pince sans rire à la recherche de l'amour sur Meetic.fr etTilda Swinton est pas mal non plus dans son rôle de pédiatre « coincée ».

George Clooney et Tilda Swinton. StudioCanal

Vous l'avez compris, Burn after reading est plus une récréation d'acteurs au sommet de leur forme qu'un film au scénario bien ficelé. Les frères livrent -à défaut de construire une bonne intrigue - une image particulièrement grinçante des Etats-Unis. Le film s'ouvre et se ferme sur un point de vue stratophérique comme pour épier cette société où le culte de l'apparence (le club de fitness, les opérations de chirurgie esthétique) se mèle aux réglements de comptes entre agents de la CIA. La panaroïa est reine dans ce théâtre de marionnettes qui touche même notre cher tombeur des machines à café... Cinglant, plein de sacarsmes sur notre monde contemporain. A voir rien que pour Brad Pitt et sa petite "danse" dans la voiture. So culte !



Commenter cet article

Ashtray-girl7 18/12/2008 21:18

Oui c'est le problème majeur: l'hsitoire part un peu en vrille. Mais il paraît que c'est leur marque de fabrique, aux Coen...

Archives

Nous sommes sociaux !