Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

~ Viva el cinema ~


L'écume des jours

Publié par ptiterigolotte sur 8 Mai 2013, 22:59pm

Catégories : #Critique

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/23/82/20502395.jpg

 

Coup de coeur !

     

L'écume des jours conte l'histoire de Colin, jeune homme oisif qui tombe amoureux de la jolie Chloé. Ils se marient et eurent... Et non. Car Chloé tombe malade. Un nénuphar vient se nicher dans son poumon droit. Roman longtemps réputé inadaptable, car trop surréaliste, trop tout. Michel Gondry s'empare de l'univers de Boris Vian pour ajouter sa patte. Il y colle sa poésie visuelle, son univers construit de bric et de broc que l'on connaît bien depuis La science des rêves. Le film fourmille de trouvailles (poignée de mains tournante, le chef dans le frigo, un split screen pour décrire un temps partagé, etc). Il situe son film dans un espace temps peu défini, entre les années 50 et 70, parfois 2000 (voire la scène dans la forum des Halles). Peu de repères spacio-temporels donc. Mais qu'importe, là n'est pas le propos. Ce qui compte, ce sont les deux jeunes gens. Colin et Chloé (joués par Romain Duris et Audrey Tautou) s'aiment d'un amour pur, presque enfantin (peu de scènes d'amour physique). Ils sont entourés d'une joyeuse bande d'amis un peu fantasques, Chick notamment, adorateur obstiné de Jean Sol Partre. Une bande d'amis de tous les moments, des bons (rafraîchissant épisode de la patinoire) comme des mauvais (avec la maladie de Chloé). D'ailleurs Michel Gondry traduit ces instants en assombrissant l'univers : d'une première partie très coloré avec la rencontre, le mariage, il enchaîne avec la deuxième partie (ouverte par ce fameux split-screen scindant le film en deux) et la maladie de Chloé où peu à peu les murs se rétrécissent, les couleurs jaunissent pour finir dans un noir et blanc total. Le discours se fait plus intellectuel dans cette deuxième partie avec une critique du travail à la chaîne, la religion avide de l'argent et bien sûr la maladie qui ronge les êtres. D'une première partie partie un peu naïve sur l'amour et les sentiments, on passe à quelque chose de plus mélancolique, de plus cinglant.

Finalement, L'écume des jours donne envie de lire le roman (et oui, je n'ai pas lu !). Hâte ! Ce film est un véritable joyau pour les yeux. Enjoué et triste à la fois, romantique à souhait, l'amour, la mort réunis pour un cocktail des sens. Un seul mot : bravo !

 

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/23/82/20135982.jpg

 

Commenter cet article
S
Et bien, ça c'est bizarre, ce film je l'ai trouvé agréable à regarder même si je n'ai rien compris au final (c'est quand même un peu barré) .Mais il paraît qu'on ne comprend rien au livre non plus...mdr
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !