Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

~ Viva el cinema ~


Ploy

Publié par ptiterigolotte sur 7 Juin 2008, 18:26pm

Catégories : #Critique



Ploy, c’est une « gamine » de 19 ans à la silhouette androgyne et à la tignasse bouclée, qui va en l’espace d’une nuit remettre en question un couple marié près de la « date de péremption ». Tout commence par une rencontre autour d’un bar à 4h du matin, Wit invite Ploy dans sa chambre d’hôtel pour y passer la nuit mais sa femme Deng n’apprécie pas cette audace, elle soupçonne son mari de la tromper. La petite jalousie d’une femme mariée dégénère en mort du couple. Car dans Ploy, tout est une question de mort et de naissance, mort d’un couple qui va célébrer à Bangkok les funérailles d’un proche, mort d’un désir : des corps qui se font dos à l’inverse dans la chambre d’à côté naît un couple (le barman et la femme de chambre) qui font l’amour dans de drôles de corps à corps à l’érotisme très léché. Mais est ce un vrai couple ou l’objet de fantasmes, de rêves du couple à la quarantaine passée ? Nous ne le saurons jamais. Car Ploy est aussi un film d’espace, les frontières entre l’espace filmique et l’espace-temps sont constamment brouillées ce qui le rapproche d’une esthétique assez lynchéene (mais de loin quand même).

Pornwut Sarasin et Lalita Panyopas. Wild Side Pornwut Sarasin et Lalita Panyopas. Wild Side Ananda Everingham. Wild Side

Présenté lors du Festival asiatique de Deauville 2008 et lors de la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2007, Ploy hypnotise, nous plonge dans un univers entre rêve et réalité où la sensualité et la torpeur sont reines.



Commenter cet article

VincentLesageCritique 17/06/2008 18:58

Tout à fait d'accord, une hypnose sublime sur la péremption du désir.

VincentLesageCritique 17/06/2008 18:58

Tout à fait d'accord, une hypnose sublime sur la péremption du désir.

Marion 10/06/2008 08:57

Hem, c'est peut-être bien fait, mais s'il y a bien un thème qui ne me branche vraiment pas c'est l'adultère, je trouve ça déprimant. Il n'y a que quelques films que j'ai apprécié sur ce thème : Eyes wide shut de Stanley Kubrick ou La Leçon de Piano de Jane Campion. Comment peut on se réjouir de la mort d'un couple ( même s'il bat de l'aile ), mis à mal par ( classique ) une gamine, sur laquelle fantasme un type qui n'aime plus sa femme... Hem, enfin, si je devais regarder ça, je pense que j'aurais besoin de mater un bon film délirant et violent comme Fight Club pour me défouler après.

Archives

Nous sommes sociaux !