Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

~ Viva el cinema ~


Ponyo sur la falaise

Publié par ptiterigolotte sur 9 Mai 2009, 15:47pm

Catégories : #Critique

Le Studio Ghibli 

Ariel au pays du soleil levant

Sosuke est un petit garçon habitant sur une falaise. Un matin, il descend et découvre un petit poisson rouge à l'apparence humaine. Irrésistiblement attiré vers elle, il le prénomme Ponyo. Mais Ponyo n'est pas un poisson comme les autres, elle appartient au monde marin ce qui va lui attirer quelques problèmes par la suite. Après Le Château Ambulant, Hayao Miyazaki nous emmène dans un tout autre univers, un univers où les créatures de la mer se mêlent avec les humains dans un magnifique ballet de couleurs et de sensations. Inspiré très librement de La Petite Sirène d'Andersen, Ponyo sur la falaise est une histoire simple, au graphisme épuré mais aussi une belle fable écologique (Miyazaki traite ici de la pollution marine)  et humaine où les générations se donnent la main. Conte à la fois surréaliste par la floraison de ces couleurs dans les tons orangées, bleutées, jaunes et réaliste dans son traitement des personnages, Ponyo sur la falaise enchante et émerveille le temps de la projection. Les petits y trouveront l'humour et les grands la sagesse. A voir en famille s'il vous plaît. Dernière recommandation : achetez de suite la BO, so japonaise !

p.s : C'est décidé, je me remets aux mangas et je me loue tout la filmo de Miyazaki !

Le Studio Ghibli



Commenter cet article

Akémi 11/09/2009 19:11

J'ai adoréLes critiques étaient mitigés, j'y suis allée avec Laurie qui n'avait jamais vu de Miyazaki et elle-même a adoré. Rien à dire, sublime.

Mion 19/05/2009 09:55

Je l'ai vu aussi il y a trois semaines. Si tu as aimé, je te conseille Princesse Mononoké qui reste mon préféré, Le Voyage de Chihiro et Porco Rosso. Enfin, chaque Miyasaki est une réussite!
Si tu aimes les mangas, regarde Le Tombeau des Lucioles de Takahata, chef d'oeuvre d'une tristesse infinie (prépare les mouchoirs) sur le destin de deux orphelins (Seita, 14 ans et Setsuko, 4 ans) essayant de survivre difficilement au milieu des horreurs de la seconde guerre mondiale au Japon.
Il y a évidemment Akira d'Ôtomo, mais là, on est dans un autre genre, l'ultra-violence. "Ce film culte est le couronnement de la science-fiction apocalyptique japonaise. Dans le futur chaotique de Néo-Tokyo (qui remplace le Tokyo originel détruit par un mystérieux cataclysme à la fin du XXème siècle), Kaneda, un adolescent membre d'un gang de motards, s'aperçoit que son meilleur ami Tetsuo s'est métamorphosé en assassin télépathe. Il rejoint alors malgré lui un groupe de terroristes antigouvernementaux dans leur recherche du mystérieux Akira, un télépathe encore plus puissant que Tetsuo. Le génie d'Ôtomo est de faire le lien entre l'apocalypse et la rage d'adolescents en rupture. Il suffit d'imaginer un adolescent dont les pouvoirs paranormaux augmentent avec ses émotions et que cet adolescent est le petit salopard le plus excité qui soit, que les scènes de dévastation sont terrifiantes, et on a une idée de ce qu'il y a dans ce film. L'action dépasse la dose d'adrénaline d'une poursuite en voiture à 300km/h. Akira explore des sérieusement des idées et des métaphores qui préoccupent la psyché collective japonaise, à savoir l'effondrement social, le malaise et la permanent ambivalence à l'égard du pouvoir militaire. Ce n'est pas un hasard si les forces qui s'opposent ici sont des motards délinquants, prétendument révolutionnaires, et les militaires. Mais surtout, Akira se nourrit de la peur que la société éprouve à l'égard de sa jeunesse, sauvage, incontrôlable. Tetsuo est l'ultime ado en rogne, qui a suffisamment de pouvoir pour compter ses victimes par douzaines, et la raison pour laquelle le gouvernement et l'armée sont terrifiés par l'énigmatique Akira, c'est qu'il est jamais figé au stade de l'enfance. C'est un adolescent qui provoque la destruction, qui charrie les souvenirs des bombes atomiques lancées sur le Japon en 1945 et les peurs collectives."
Enfin, j'ai aussi aimé Ghost in the Shell, thriller philosophique cyberpunk sur la relation de l'être humain au cyborg (Y aurait tellement à dire!) et Blood, un conte horrifique sur une chasseuse de vampire, mais je te laisse te renseigner ;)

Archives

Nous sommes sociaux !