Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

~ Viva el cinema ~


To Rome with love

Publié par Oriane sur 22 Juillet 2012, 22:11pm

Catégories : #Critique

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/84/59/20104459.jpg

 

Rome. Ville éternelle. Mille fois filmée sous toutes ses coutures. Il fallait bien que Woody y pose sa caméra un jour. Fidèle à lui même et à ses derniers films européens, notre cher adorateur de la grosse Pomme rend hommage à Rome par quelques images cartes postales. Dans un ballet de voitures, il nous amène, travelling au point, vers un policier typiquement romain qui va ouvrir et fermer le film. Un narrateur en quelque sorte. Qui nous présente quatre histoires toutes très différentes les unes des autres. 

Première histoire. Une jeune américaine en vacances rencontre un bel italien, tombe amoureuse (bien vite) et décide sur le champ de se marier avant de présenter son futur époux à ses parents. Et qui est le papa de cette biondetti "petite blonde en italien" ? Woody Allen, him-self. Pour notre plus grand plaisir, le monsieur aux lunettes fait son retour sur les écrans. Amateur de punch-lines, vous en aurez pour votre grade ! Il est marié à Judy Davis, impeccable dans son rôle de psychanalyste cynique. Perturbé dans l'avion, il redoute la rencontre avec ses futurs beaux-parents, trop à gauche pour lui (cf la réplique hilarante sur les communistes). Il découvre alors des romains simples, près de leurs valeurs, en particulier le père qui chante magnifiquement Nessun Dorma... sous la douche. Ce qui va donner une bien curieuse idée à Woody.
Deuxième histoire. Deux jeunes provinciaux fraîchement mariés viennent à Rome pour rencontrer la famille du marié. S'ensuit de nombreux quiproquos amoureux. On retiendra surtout la plantureuse Pénélope Cruz, dont le rôle de prostituée n'a pas été assez exploité au profit de la jeune épouse nunuche, grande appasisonata d'un acteur latin au sang chaud.
Troisième histoire. Un employé de bureau (Roberto Benigni dans toute sa splendeur) devient du jour au lendemain une célébrité coursé par les journalistes et les paparazzi. De plus en plus absurde.
Et quatrième histoire (peut être la meilleure). Un architecte américain (Alec Baldwin) est en vacances à Rome et rencontre dans un travestere comme seul Woody Allen sait le filmer, un jeune étudiant (américain lui aussi) en architecture en collocation avec sa copine. Mais débarque la meilleure amie de la copine en question, Monica (la petite Juno !) jeune actrice américaine, en pleine rupture sentimentale dont le charme ne rendra pas insensible longtemps l'alter-ego de Woody Allen (notre échappé de The Social Network, Jesse Eisenberg).

Derrière ces quatre histoires à priori légères et sans profondeur se cachent en filigrane une critique de la société du spectacle. Sous sa forme la plus absurde avec l'histoire du beau père chantant un air d'opéra sous la douche et sur scène. Mais aussi une critique de la télévision italienne avec le personnage joué par Roberto Benigni qui accède à la célébrité sans rien demander. La gloire est vue comme des interviews, des coucheries, des paparazzis aux portes, etc. Rien de plus. Avec l'histoire de la jeune mariée provinciale, c'est plutôt le côté adulation de la star qui est mis en défaut. Pour finir en apothéose avec la critique des acteurs, et plus particulièrement des actrices américaines qu'Ellen Page, dans la parfaite tradition allénienne, retranscrit. Elle est narcissique, névrosée, fière de son sex-appeal et surtout... elle doit perdre du poids pour son prochain film. Culte de la maigreur.
Finalement To Rome with love, avec son casting quatre étoiles (réunir Ellen Page et Jesse Eisenberg à l'écran : fallait le faire quand même !), n'est qu'un antipasti dans l'oeuvre de Woody Allen. Un air de déjà vu. Des thèmes alléniens archi utilisés (l'amour, l'art, la psychanalyse, la mort). Un hommage certes à la ville aux milles histoires, aux comédies italiennes à la Dino Rosi, à ses acteurs (Benigni, Mutti). Mais à force de créer des histoires, il n'y a pas de véritable ligne de conduite. Il aurait peut être fallu plus développer l'histoire entre Juno/Mark Zuckerberg, quitte à rentrer dans les terres connues de Vicky Cristina Barcelona, jouer sur l'adultère et tant qu'à faire mettre encore plus de clichés de Rome. La dolce vitae quoi. To Rome with love : mezzo-mezzo, donc. Berlin ou Coppenhague, la prochaine fois ? On a hâte dans tous les cas.

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/89/65/61/20134959.jpg

2.75/4 étoiles (pour le couple)
Critique publiée également ICI
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !